L'Anjou Agricole 15 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : Sodiaal et les coopératives, pointées du doigt par la FNPL

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL.
Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL. - © Annick Conté

Dans une lettre ouverte adressée aux coopératives en date du 10 novembre, Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) a souhaité interpeller « Sodiaal, leader coopératif », qui « ne peut pas se taire face à la détresse de ses sociétaires en crise depuis deux ans ». Après une action syndicale contre Lactalis l'été dernier au sujet du prix du lait payé aux éleveurs, Sodiaal serait l'entreprise qui payerait, selon elle, le lait le moins cher en France. Le 9 novembre, une action contre Agrial avait eu lieu en Normandie, toujours pour obtenir une hausse du prix du lait, hausse obtenue. « Le syndicat FNPL est dans son rôle quand il s'agit d'obtenir ce qui doit revenir de droit aux éleveurs laitiers quelle que soit la forme juridique des transformateurs. Sans cela, le syndicalisme laitier en oublierait le sien », souligne Marie-Thérèse Bonneau. Elle rappelle que « quand la conjoncture s'améliore, les coopératives laitières ont le devoir d'être les premières à répondre à ces signaux positifs pour les sociétaires », d'où une hausse des prix à envisager. Elle dénonce par ailleurs le comportement de certaines coopératives, délaissant le marché intérieur et explique que « le développement économique et la conquête des consommateurs du nouveau monde n'est pas antinomique à une réponse innovante des besoins du marché intérieur ». Elle évoque l'initiative « C'est qui le patron ? », un brique de lait dont le prix défini par les consommateurs a dépassé les revendications de prix des éleveurs (0,99EUR/l de lait pour 0,35EUR/1).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui