L'Anjou Agricole 13 juillet 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : Stéphane le Foll réclame un mécanisme de régulation des volumes à Bruxelles, avec enveloppe budgétaire à l’appui

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

Dans un communiqué de presse du 12 juillet, Stéphane Le Foll a fait part de la position de la France à Bruxelles : elle réclame « un mécanisme incitatif de régulation des volumes » de lait produit par pays, avec « une enveloppe budgétaire […] à la hauteur de l’enjeu » à la clef. « Pour la mise en œuvre de ce dispositif en France, je compte sur l’action de l’interprofession pour assurer une régulation adaptée au contexte national » a déclaré le ministre de l’Agriculture. Quelques jours auparavant, les acteurs de l’interprofession laitière, le Cniel, se seraient mis d’accord pour réviser la gouvernance de l’organisme afin non seulement de permettre l’entrée de la distribution mais aussi de relancer son fonctionnement. Le 12 juillet, le ministre avait réuni l’ensemble des acteurs de la filière « afin de préparer le Conseil des ministres de l’agriculture de l’Union européenne qui se tiendra le 18 juillet à Bruxelles », selon le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.