L'Anjou Agricole 06 décembre 2018 à 15h00 | Par AA

Laurent Lelore : “Renouveler les actifs agricoles, un effort collectif"

Laurent Lelore, 53 ans, préside l’antenne segréenne de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire. Il se présente pour un 3ème mandat sur la liste FDSEA-JA, se mobilisant, avec toujours la même énergie, sur l’environnement et la transmission.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurent Lelore est agriculteur en Maine-et-Loire, à La Cornuaille (Val d'Erdre-Auxence), en productions porc et lait en fin de conversion à l'agriculture biologique.
Laurent Lelore est agriculteur en Maine-et-Loire, à La Cornuaille (Val d'Erdre-Auxence), en productions porc et lait en fin de conversion à l'agriculture biologique. - © AA

« Je ne conçois pas mon métier sans une implication extérieure, car la vie de nos entreprises ne s’arrête pas à leur sortie  ! ».  Installé en 1991, Laurent Lelore est entré très tôt dans la commission installation du Cratéas, l’antenne de la Chambre d’agriculture en Segréen, antenne qu’il préside depuis 2001. Il consacre entre  80 et 100 jours/an à ses engagements, tout en s’occupant des animaux le matin. S’engager lui a beaucoup apporté  : « c’est très riche en termes d’échanges et de rencontres », apprécie l’éleveur.  Elu Chambre d’agriculture en 2007, il a été responsable du pôle entreprises de 2007 à 2013. Lors du 2ème mandat, il s’est davantage investi au sein du pôle territoires et sur les dossiers environnementaux, notamment la qualité de l’eau.

" Faire changer l'état d'esprit des cédants"

Une autre action phare et collective porte sur la transmission : «  là aussi, une dynamique s’enclenche », se réjouit Laurent Lelore. Le renouvellement des actifs agricoles est l’affaire de tous : Chambre d’agriculture, collectivités, syndicalisme, propriétaires fonciers... « Le résultat le moins palpable, c’est d’arriver à faire changer l’état d’esprit des cédants, leur faire comprendre qu’ils peuvent être l’assise pour des porteurs de projets ». Notamment sur l’élevage, vecteur d’emplois induits sur le territoire... Des réflexions sont en cours sur l’approvisionnement de la restauration collective en viande bovine locale... Autant de pistes pour aborder plus sereinement l’avenir : « la Chambre a un fort enjeu d’accompagnement dans la recherche de compétitivité et d’adaptation à un contexte changeant ». Laurent Lelore le constate, l’agriculture « s’est toujours adaptée, mais nos entreprises ont besoin de temps ».
S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui