L'Anjou Agricole 23 janvier 2018 à 01h00 | Par L'Anjou Agricole

Le bon sens appliqué aux chevaux

L’école Blondeau, fondée en 2004 à Saumur, est spécialisée dans l’éducation des jeunes chevaux, grâce à une méthode qui se rapproche des savoir-faire ancestraux, longtemps oubliés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nicolas Blondeau (à droite) enseigne aux professionnels du cheval, « dans le but de cultiver le lien qui unit l’homme à l’animal ».
Nicolas Blondeau (à droite) enseigne aux professionnels du cheval, « dans le but de cultiver le lien qui unit l’homme à l’animal ». - © Florence Blondeau

« Je n’ai rien inventé. J’ai juste retrouvé les gestes de nos ancêtres ». Ainsi s’introduit
Nicolas Blondeau, le fondateur de l’école Blondeau, dont l’activité se scinde en 3 piliers : le débourrage de jeunes chevaux et le dressage de chevaux plus compliqués, la formation et le centre de recherches. (...) « Le débourrage, c’est de l’éducation. Il s’agit d’entreprendre un poulain pour lui faire arriver à faire ce qu’on a envie, tout en l’intéressant à ce travail. Ma méthode se base sur le bon sens (...). Elle est universelle car les chevaux ont le même langage aux 4 coins du monde », explique Nicolas Blondeau.

L’école Blondeau délivre des formations allant de quelques jours à plusieurs mois, sur le thème du débourrage et du travail du jeune cheval. (...) Nouveauté 2018, le CS est dorénavant accessible en alternance en contrat d’apprentisage. (...)

Une antenne de l’école est actuellement en cours de construction à Deauville (14), pour développer un volet recherche, mis en place en partenariat avec l’Inra et la scientifique Jocelyne Porcher, qui permet de réfléchir sur le bien-être animal dans le cadre de la relation de travail. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 26 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Des volumes conséquents de céréales n’ont pas trouvé de moyens de transport pour être acheminés. Il n’est pas sûr que les opérateurs français parviendront à réaliser les 8,4 millions de tonnes de blé tendre à l’export sur les pays tiers prévus par FranceAgriMer pour la campagne 2017/18

a indiqué Rémi Haquin, président du conseil spécialisé céréalier de FranceAgriMer, le 13 juin.

Le chiffre de la semaine
1 200
C'est le nombre d'hectares que Groupama Loire-Bretagne a enregistré, jeudi 14 juin, qui sont impactés par les pluies du début de semaine dans le Maine-et-Loire. Pour le moment, 34 agriculteurs ayant souscrit un contrat Climat se sont manifestés la semaine dernière et cette semaine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui