La Creuse Agricole 28 octobre 2020 à 07h00 | Par Mélodie Comte

« Le capital ne remplacera pas la main d'oeuvre qui partira demain »

Une récente étude du CERFrance Alliance Massif central dévoile qu'un jeune s'installant sur une exploitation laitière investit plus de 100 000 euros par an durant les trois premières années d'installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de la reprise d'une exploitation laitière, la modernisation de celle-ci engendre régulièrement de lourds investissements pour le jeune.
Lors de la reprise d'une exploitation laitière, la modernisation de celle-ci engendre régulièrement de lourds investissements pour le jeune. - © MC

Le paysage de la production laitière est en profonde mutation. Entre l'arrêt des quotas, l'augmentation constante et progressive des volumes produits, l'essor des signes officiels de qualité (Bio, AOP...) et des marques de producteurs, les aléas climatiques ou encore le renouvellement des générations, il est difficile d'appréhender ce que seront les exploitations laitières de demain face à cette économie variable.

» Lire la suite sur le site La Creuse Agricole

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.