L'Anjou Agricole 16 décembre 2019 à 12h00 | Par Romain Devaux

Le CFPPA Le Fresne, 50 ans déjà !

Spécialisé en aménagement paysager et en horticulture, le CFPPA Le Fresne fêtait le vendredi 13 décembre ses 50 ans d’existence à Sainte-Gemmes-sur-Loire. L’occasion de se retourner sur son passé, et de s’affirmer pour le futur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Bauvineau, actuel directeur du CFPPA, devant le château qui accueillait les premières formations, il y a 50 ans :
« quand on vient se former chez nous, on a trois chances sur quatre de trouver l’emploi souhaité à l’issue de la formation ».
François Bauvineau, actuel directeur du CFPPA, devant le château qui accueillait les premières formations, il y a 50 ans : « quand on vient se former chez nous, on a trois chances sur quatre de trouver l’emploi souhaité à l’issue de la formation ». - © AA

Il y a un demi-siècle, Guy Outre devenait le directeur d’un nouvel établissement à
Angers, le CFPPA (Centre de formation professionnelle et de promotion agricole) du Fresne.  « 50 ans plus tard, les formations en aménagement et travaux paysagers sont toujours le coeur du métier du CFPPA », souligne Guy Outre.
Le vendredi 13 décembre, apprenants, personnels et anciens apprenants se sont retrouvés pour une soirée anniversaire. L’occasion, au travers d’animations, de témoignages et de rétrospectives, de se replonger dans 50 ans d’histoire.
Aujourd’hui, le CFPPA forme 800 personnes par an (de 15 ans à 50 ans), possède un réseau de 1 000 entreprises partenaires et présente un taux d’insertion post-formation de 75 %. Des résultats qui rendent fier François Bauvineau, actuel directeur : « quand on vient se former chez nous, on sait qu’on a trois chances sur quatre de trouver l’emploi souhaité à l’issue de la formation ».
Au départ, les formations étaient principalement remplies d’horticulteurs, de fils d’horticulteurs… Un constat qui a changé dorénavant, avec de nombreux apprenants non issus du milieu agricole. Les formations vont du CAP à la licence professionnelle, et permettent de travailler ensuite en tant que paysagiste, technicien en écologie, horticulteur… Le choix des formations et du nombre d’apprenants est longuement réfléchi. D’une part, la raison d’être du CFPPA est de former des personnes en fonction des besoins des professionnels tout en garantissant aux apprenants des chances significatives de trouver un emploi rapidement. D’autre part, les capacités des formations sont limitées volontairement, afin de ne pas inonder le marché du travail.
Si « on explore des nouveaux horizons », avance François Bauvineau, avec des formations en plantes médicinales, en agroforesterie ou encore en génie écologique, le but n’est pas de dénaturer l’ADN du CFPPA : « on restera toujours connecté à l’horticulture et au paysage ».
Avec une offre de formation de qualité et ciblée vers le monde professionnel, le CFPPA a formé de nombreux chefs d’entreprises et responsables professionnels. L’année 2019 a été l’occasion de célébrer les 50 ans d’existence du CFPPA, mais également « de réaffirmer notre longue expérience dans le domaine de la formation au métier du végétal et l’ancrage dans le territoire au service des professionnels », souligne François Bauvineau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.