L'Anjou Agricole 09 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le colza, on en fait quoi ?

La règlementation européenne se durcit. -75 % de biocarburants d’ici 2030. Réduction également de leur part dans les moteurs à partir de 2018. Des décisions qui ne sont pas sans conséquences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Moisson du colza.
Moisson du colza. - © J.-C. Gutner

Que doivent faire les producteurs de colza du Maine-et-Loire, deuxième département producteur au sein des Pays-de-la-Loire ? Dans le contexte de la révision de la directive européenne sur les énergies renouvelables (RED-II), qui prévoit de diminuer la part des biocarburants issus de cultures alimentaires dans les moteurs de 8 à 3,8 %, l’avenir de la production de colza est en questionnement. L’adoption de cette nouvelle règlementation est prévue début 2018. Pour Jean-Michel Huet, qui a repris l’exploitation familiale depuis 2004, ces interrogations n’ont pas encore de réponse. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article, ainsi qu'un focus en chiffres sur le Maine-et-Loire et des réactions des professionnels de la filière, dans l'Anjou Agricole du 10 novembre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.