L'Anjou Agricole 20 février 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Le Conseil d'Etat confirme la suspension des insecticides à base de sulfoxaflor

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir - JC Gutner

Le Conseil d'Etat a maintenu le 15 février la suspension de deux insecticides à base de sulfoxaflor, soupçonné d'affecter les abeilles, rejetant le pourvoi de leur fabricant Dow AgroSciences. La commercialisation de ces deux produits, le Closer et le Transform, a été suspendue en novembre par le tribunal administratif de Nice, à la suite d'un recours en référé de l’association Générations Futures. La firme Dow AgroSciences reconnaît que le sulfoxaflor est un insecticide neurotoxique, mais le classe parmi les sulfoximines et s’oppose catégoriquement au fait qu’il s’agisse d’un néonicotinoïde. L’association Générations Futures salue le 16 février la décision du Conseil d'Etat. Dow AgroSciences a fait savoir dans un communiqué de presse le 19 février qu'elle « se conformera à cette décision de justice » et attend désormais les conclusions des travaux actuellement menés par l’Anses, ainsi que le jugement au fond du Tribunal administratif de Nice. « Il est important de rappeler que la décision rendue ce jour par le Conseil d’État ne préjuge pas de l’examen du dossier au fond par le Tribunal administratif de Nice, toujours en cours », souligne la société.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui