L'Anjou Agricole 15 février 2016 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Le Foll/Macron aux distributeurs : soyez souples sur les négociations commerciales

A l'occasion d'une réunion avec les représentants des distributeurs, des industriels et des agriculteurs Emmanuel Macron et Stéphane Le Foll ont fait pression sur les premiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Gouvernement devant les distributeurs, le 8 février dernier.
Le Gouvernement devant les distributeurs, le 8 février dernier. - © Actuagri

Si les distributeurs ne font pas de propositions concrètes pour être moins durs dans les négociations commerciales actuelles et à venir, le gouvernement changera la loi de modernisation de l'économie qui leur est très favorable actuellement.

 

Le ministre de l'économie Emmanuel Macron a ajouté que les contrôles sur les comportements des distributeurs ont augmenté de 70% par rapport à l'an dernier et que le 9 février des faits graves ont été relevés chez une des grandes enseignes.


Le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll a insisté sur le fait que l'enjeu de cette pression est de faire en sorte qu'il n'y ait pas de baisse de prix au niveau des éleveurs, principalement dans les filières en difficulté (lait, viande bovine, porc). Enfin, le décret visant à rendre obligatoire la mention d'origine des produits animaux dans les produits transformés a été présenté avant d'être transmis au Conseil d'état.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.