L'Anjou Agricole 04 septembre 2019 à 16h00 | Par AA

Le Fresne change de tête(s)

A Angers, l’établissement public du Fresne fait sa rentrée avec deux nouveaux directeurs. Côté formations, le CFPPA ouvre un BTS et une licence pro en apprentissage, dédiés à l’horticulture et aux métiers du paysage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Taillecours (à gauche) et Lionel Gonzales, respectivement proviseur et proviseur adjoint du lycée Le Fresne, à Sainte-Gemmes-sur-Loire, vendredi 30 août.
Philippe Taillecours (à gauche) et Lionel Gonzales, respectivement proviseur et proviseur adjoint du lycée Le Fresne, à Sainte-Gemmes-sur-Loire, vendredi 30 août. - © AA

La rentrée 2019 est riche en nouveautés au lycée agricole Le Fresne, à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Réunie à l’occasion de la pré-rentrée des enseignants vendredi 30 août, l’équipe d’encadrement enregistre l’arrivée d’un nouveau directeur, Philippe Taillecours. Ce professeur d’économie a déjà dirigé des établissements d’enseignement agricole à Clermont-Ferrand (63), La-Roche-sur-Yon (85) et Angoulême (16), notamment. Succédant à Franck Blachère, bientôt retraité, il prend les commandes de l’entité regroupant les lycées du Fresne et de Montreuil-Bellay (Edgard-Pisani), le CFAA et l’exploitation agricole du Fresne, ainsi que les CFPPA du Fresne, de Montreuil-Bellay et de Segré. Philippe Taillecours sera secondé par Lionel Gonzales, lui aussi nouvel arrivant, au poste de directeur adjoint chargé de la formation initiale scolaire au lycée du Fresne.

Côté nouvelles formations, le CFPPA du Fresne accueille 30 élèves en apprentissage, en BTS aménagement paysager et en licence pro management des entreprises horticoles. « C’est un partenariat avec l’université d’Angers : jusqu’alors, ces cursus n’étaient disponibles chez nous qu’en formation initiale et en formation pour adultes », souligne le nouveau directeur. Ces parcours diplômants ont été mis en place afin de répondre aux besoins des professionnels de l’horticulture et du paysage, en quête « de jeunes de niveau supérieur pour assumer des responsabilités de pilotage de projets ».

Toujours en apprentissage, le CFPPA de Segré ouvre un Brevet professionnel (BP) industries alimentaires, « un secteur qui cherche à recruter, mais il faut attirer les jeunes », constate Philippe Taillecours. De fait, « il reste des places dans notre BP ».

S’agissant des infrastructures, au Fresne « vont démarrer cet automne les travaux de démantèlement - reconstruction des serres pédagogiques de l’exploitation », annonce Philippe Taillecours. Montant de l’investissement : un peu plus de 2 millions d’euros, abondés par le Conseil régional des Pays-de-la-Loire. Le dépouillement des offres aura lieu fin septembre. Les nouveaux équipements vont intégrer des technologies de pointe en matière d’irrigation (maîtrise de la consommation d’eau), d’isolation, de chauffage, de réduction de la pénibilité du travail, etc. Et dans les 2 ans, c’est l’ensemble des bâtiments du lycée et du CFAA du Fresne (salles de cours, bureaux, laboratoires, internat, réfectoire) qui vont être rénovés, pour un coût de 13 millions d’euros.

L’effectif du lycée du Fresne est cette année en légère baisse par rapport à 2018-2019 : 480 élèves, contre 501 l’an passé. Une évolution compensée par la hausse du nombre d’apprentis au CFPPA. A Montreuil-Bellay, en revanche, le nombre d’adolescents scolarisés progresse de 160 à 178. Notamment grâce au succès des formations en viticulture.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Bien qu’une information plus claire sur les résidus de pesticides soit nécessaire, la stratégie de la peur de Générations futures (...) est contre-productive ».

estime Interfel, face à l’association de défense de l’environnement qui a demandé à la DGCCRF, de faire des bilans de résidus de pesticides séparés entre aliments bio et non bio.

Le chiffre de la semaine
11,2
MAÎS ENSILAGE : selon l'Agreste, avec 11,2 tMS/ha, la saison est correcte, et l’augmentation de la surface (+ 8 %) aura permis de refaire les stocks.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui