L'Anjou Agricole 26 janvier 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Le Gnis veut "satisfaire la demande de semences bio à 95 % d'ici 2025 "

Le plan de filière semence et plan a été remis au gouvernement par le Gnis, dans la cadre des Etats généraux de l'alimentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rosine Depoix, chargée de mission médias et Vincent Poupard, délégué régional Ouest du Gnis.
Rosine Depoix, chargée de mission médias et Vincent Poupard, délégué régional Ouest du Gnis. - © AA

" D'ici 5 ans, l'objectif est que 95 % de la demande de semences pour l'agriculture biologique puisse être satisfaite par des semences bio produites en France. Cela passe par un développement de la production de semences bio en France", a expliqué vendredi 26 janvier Vincent Poupard, délégué régional Ouest, lors d'une conférence de presse à Beaucouzé (49).   Aujourd'hui, face à l'accroissement de la demande de produits bio, un certain nombre d'agriculteurs importent des semences bio, d'autres utilisent des semences non traitées qui font l'objet de dérogations.

Le plan de filière semences et plants comporte 30 engagements, regroupés autour de trois axes : mieux répondre aux attentes des citoyens, consommateurs et clients ; innover pour accompagner les filières en transition agro-écologique ; protéger, enrichir et diffuser la biodiversité...

Pour en savoir plus, lire l'Anjou agricole du 2 février 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui