L'Anjou Agricole 26 juin 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Le gouvernement présente son plan pour développer les filières bio

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

Le ministre de l’Agriculture a dévoilé, le 25 juin, le programme Ambition bio 2022, à l’issue d’un Grand conseil d’orientation réunissant près de 120 organismes, dont l’Agence bio, les principaux acteurs de la filière bio, les instituts de recherche, les représentants des régions, les associations de consommateurs et des ONG. Il a rappelé la volonté du gouvernement de voir la SAU française passer de 6,5 à 15 % de terres dédiées à l’agriculture biologique d’ici quatre ans, pour répondre notamment à la forte demande des consommateurs. Sans cet effort de conversion, difficile d’équilibrer l’offre bio aux besoins des Français. « C’est ça le point de départ du programme Ambition bio 2022 », martèle le ministre avant d’assurer que la France importe un milliard d’euros en valeur de produits issus de l’agriculture biologique.
Pour ce faire, le programme ambition bio 2022 est doté de 1,1 milliard d’euros. Stéphane Travert annonce un financement par plusieurs leviers : un renforcement des aides à la conversion avec 200 M€ de crédits d’État ; un crédit impôts bio prolongé jusqu’en 2020, qui passe de 2 500 à 3 500 euros ; un fonds de structuration “Avenir bio” doublé, passant de 4 à 8 M€ ; un apport de 50 M€ par an par la redevance pour pollution diffuse dès 2020 ; enfin 630 M€ proviendront de la Pac, via le fonds Feader, auxquels s’ajouteront des financements publics.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui