L'Anjou Agricole 17 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le gouvernement veut fixer une dose maximale de pesticides autorisée dans l'alimentation

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-C. Gutner

Le gouvernement envisage de fixer une « dose maximale de pesticides autorisée par jour », afin de limiter l'exposition de la population à ces substances à travers l'alimentation, a indiqué le ministère de la Santé à l'AFP, le 14 octobre. La veille, Marisol Touraine, ministre de la Santé, avait déclaré vouloir saisir l'Anses : « Nous allons demander à l'Anses de réfléchir à une dose maximale de pesticides autorisée par jour par ingestion via l'alimentation, et à la manière dont cela pourrait se traduire concrètement en matière de recommandations de consommations ou de baisses des limites maximales de résidus (de pesticides) fixées par l'Europe sur certains ingrédients », a précisé le ministère. Un règlement européen fixe depuis 2008 au niveau de l'Union des « limites maximales de résidus » (LMR) dans les denrées alimentaires. Ces seuils, définis substance par substance, portent sur certains aliments et diffèrent d'un aliment à l'autre. Par ailleurs, contrairement à ce qui existe pour l'eau de boisson, il n'y a pas de limite légale pour le total des substances présentes dans un aliment. La saisine de l'Anses « n'est pas encore faite et sera élaborée en lien avec les ministères de l'Agriculture et de la Consommation, chargés du contrôle de la qualité des denrées », a précisé le ministère de la Santé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui