L'Anjou Agricole 08 février 2018 à 01h00 | Par L'Anjou Agricole

Le Leclerc de Segré bloqué toute une journée

Mercredi 7 février à l’initiative de la FDSEA et des JA du Maine-et-Loire, une centaine d’agriculteurs a mené une action devant le Leclerc de Segré pour protester contre le non-respect des engagements pris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« La grande distribution ne joue pas le jeu. Elle négocie encore les prix à la baisse. Ce n’est pas acceptable ». Pour Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA, l’avertissement se veut clair devant la centaine d’agriculteurs qui s’est relayée toute la journée. Ce mercredi 7 février, ils ont bravé le froid pour se retrouver devant le magasin Leclerc de Segré dans le cadre d’une action régionale “les mercredis des négociations commerciales”. Le but : remettre la pression sur la grande distribution d’ici le 1er mars, date de la fin des négociations entre distributeurs et industriels.

Respect de la charte

Le 14 décembre dernier, les acteurs de la filière agricole ont pris des engagements lors des états généraux de l’alimentation. Ils ont signé une “Charte de bonne conduite” dans le cadre des négociations commerciales, garantissant un prix tenant compte des coûts de production des producteurs. Seulement, la grande distribution semble déjà avoir oublié…

« A peine la charte signée, la grande distribution ne tient déjà pas ses engagements ! Elle ne change ni ses méthodes de négociation, ni sa politique de prix », affirme Anthony Ménard, secrétaire général des JA49, dont le réseau suit de près ces négociations...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 9 février 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui