L'Anjou Agricole 27 août 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le maïs ensilage victime de la sécheresse

La sécheresse a avancé de trois semaines les travaux d’ensilage en Maine-et-Loire. Reportage à Brigné.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pendant que les remorques de maïs sont vidées dans le silo, un des agriculteurs s’occupe de bien le tasser pour une meilleure conservation.
Pendant que les remorques de maïs sont vidées dans le silo, un des agriculteurs s’occupe de bien le tasser pour une meilleure conservation. - © AA

« Catastrophiques. » Les rendements des ensilages de maïs de l’exploitation de Bertrand Morin, à Brigné, sont loin d’être à la hauteur, cette année. A priori, ils avoisineront les 7 à 8 t MS/hectare. « En temps normal, il faut davantage compter 12 t de matière sèche », explique Bertrand Morin, lors de son chantier d’ensilage, mardi 25 août. Pour un coût de 120 à 140 euros par hectare, les travaux sont réalisés par l’ETA de Philippe Horreau « par souci d’économie de temps. » Sur ses 100 hectares de surface, l’éleveur lait et viande installé en individuel cultive 25 hectares de maïs non irrigués. Il a semé le 5 avril.  «  Déjà le maïs avait eu du mal à démarrer », remarque l’agriculteur. En cause : « les 100 mm d’eau début mai et le manque de chaleur pour la levée ». Le coup de grâce ? Les chaleurs de cet été. «  Le maïs a subi un gros stress hydrique. » Résultat : des grains qui ne sont pas arrivés à maturité et un feuillage très sec.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 28 août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La durée minimale d’arrêt de travail est désormais portée de 2 à 8 semaines pour les travailleuses indépendantes et les exploitantes agricoles

ont annoncé la ministre de la Santé, le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dans un communiqué du 17 juin.

Le chiffre de la semaine
2,7
MILLIONS DE TONNES. tonnes. C’est la quantité de tourteaux de soja qui parcourent chaque année plus de 10 000 km, pour nourrir les animaux des élevages ligériens et bretons.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui