L'Anjou Agricole 29 avril 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le marché des semences certifiées accuse le coup

Une quarantaine de professionnels ont fait le bilan de l'année 2014 lors de la réunion régionale Semences céréales et protéagineux du Gnis, mardi 28 avril à La Pouëze (49).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les raisons de la baisse d'utilisation des semences certifiées sont multiples, et d'abord le prix : trop élevé pour 66% des agriculteurs interrogés par le sondage BVA.
Les raisons de la baisse d'utilisation des semences certifiées sont multiples, et d'abord le prix : trop élevé pour 66% des agriculteurs interrogés par le sondage BVA. - © AA

"Jusqu'à présent c'était match nul entre semences certifiées et semences de fermes. Cette année, nous avons perdu la partie" constate Laurent Druesne, chef de marché céréales région nord-ouest à RAGT Semences. Lors de la réunion régionale Semences céréales et protéagineux du Gnis à La Pouëze, le constat est clair : il y a une perte de confiance des agriculteurs envers les semences certifiées et un renouvellement variétal qui s'affaiblit.

Renouvellement variétal, garanties sur la germination (très bonne faculté germinative toutes céréales confondues sur la campagne 2014-2015), pureté de semence : les atouts seront mis en avant et désormais illustrés par un logo "semence certifiée".

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 1er mai 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui