L'Anjou Agricole 10 août 2018 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le marché du lait bio saturé en Allemagne

En Allemagne, les laiteries sont saturées de lait bio.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La moitié du lait bio allemand est produite en Bavière.
La moitié du lait bio allemand est produite en Bavière. - © F.Mechekour

Selon Bioland, elles n’acceptent qu’exceptionnellement de nouveaux reconvertis au bio, et le nombre de livreurs de lait bio devrait rester stable pour les prochains mois, même si la liste d’attente des exploitations qui voudraient se reconvertir est très longue. Certes, les ventes de lait bio ont nettement progressé de 11 à 12 % l’an dernier mais la production a augmenté beaucoup plus vite de 17 %. La moitié du lait bio est produite en Bavière où des producteurs restent « en rade », surtout ceux qui se sont lancés en bio sans contrat ferme, et qui sont tout heureux qu’une une laiterie reprenne leur lait à prix cassé.

Il faut chercher les causes de cette évolution dans la crise laitière de 2015/2016, quand le litre de lait courant valait 23,4 cts et le lait bio 48 cts. Une vague de reconversion au bio s’en est suivie, alimentée en plus par une augmentation de la prime de reconversion.

 

Idem en Suède

Même constat en Suède où le plus grand producteur de lait bio, Vadsbo Mjölk, retourne au conventionnel. Aussi bien Skanemejerier son actuel acheteur, que Arla un acheteur potentiel de son lait, n’ont pas ou plus besoin des 12 millions de kg de lait bio que Vadsbo produit. Ainsi, Vadsbo qui a fourni du lait bio pendant trois ans à Skanemejerier vient de lui dénoncer son contrat. Lars Svensson le patron de Vadsbo Mjölk a déclaré dans les médias suédois qu’il avait décidé de rejoindre Arla, mais que ce groupe a déjà assez de bio, n’a pas besoin de volumes nouveaux et donc qu’il allait lui fournir du lait conventionnel. Avec ce changement son volume annuel de production de lait devrait augmenter de 10 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui