L'Anjou Agricole 04 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le modèle agricole français « en danger » selon les producteurs de maïs (AGPM)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les maïsiculteurs réclament plus de sécurité face aux aléas climatiques et économiques qui fragilisent leur filière et mettent « en danger », selon eux, le « modèle agricole français ». « Nous demandons un vrai plan agricole européen, avec un budget adapté, passant par plus de flexibilité », a déclaré le 3 janvier Daniel Peyraube, président de l’AGPM. « La Pac d’aujourd’hui ne permet pas de répondre aux aléas climatiques et économiques » qui se multiplient, a-t-il ajouté. Pour lui, « un vrai plan agricole européen » inclut un accompagnement du stockage de l’eau. « Il faut construire des ouvrages pertinents pour répondre à cette problématique et afin d'asseoir notre modèle agricole qui est en danger », a-t-il lancé. Daniel Peyraube a souhaité une amélioration de l'assurance récolte.

Et l’AGPM d’avancer 9 propositions comme réintégrer les volumes indemnisés au cours des 5 dernières années dans le calcul du rendement assuré, généraliser la possibilité de majorer le rendement assuré de 15 %, maintenir un taux de subvention de base à 65 % pour tous, instaurer le paiement de la seule prime nette, revenir à une approche par culture, différencier les franchises des cultures irriguées, mieux valoriser la gestion de l’eau dans les tarifs, ramener le seuil de déclenchement et la franchise à 20 %.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
"Sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté" selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui