L'Anjou Agricole 23 avril 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le pâturage garde ses atouts

Le pâturage a repris depuis mi-mars sur les exploitations angevines.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis quelques jours, le troupeau de vaches laitières de Christophe Malinge est dehors jour et nuit, et cela jusqu’à la Toussaint, avant une rentrée définitive début décembre.
Depuis quelques jours, le troupeau de vaches laitières de Christophe Malinge est dehors jour et nuit, et cela jusqu’à la Toussaint, avant une rentrée définitive début décembre. - © AA

Installé depuis 20 ans à La Salle-et-Chapelle-Aubry, Christophe Malinge fait pâturer depuis son installation son troupeau laitier. Un choix d’abord éthique pour l’exploitant du Gaec de la Saulaie qui affirme avoir « toujours souhaité voir mon troupeau en extérieur, c’est là où il est dans les meilleures conditions ». Des conditions également optimales pour l’agriculteur qui passe peu de temps à gérer le pâturage de ses 55 prim’holstein. « Il me suffit de faire transiter les vaches des parcelles de jour à celles de nuit et de changer de parcelles tous les 3 à 4 jours pour assurer un pâturage tournant. Le chemin vers le robot de traite est tout tracé et le troupeau fait les allers-retours. » Cette année, le déprimage a débuté le 9 mars (le 10 mars en 2014). Deux premières demi-journées de sortie, puis toute la journée durant environ un mois, jusqu’à la mi-avril.

Dehors jour et nuit
Depuis quelques jours, le troupeau est désormais dehors jour et nuit, et cela jusqu’à la Toussaint, avant une rentrée définitive début décembre, pour environ trois mois en étable. « La ration d’hiver comprend déjà 50 % d’herbe, la transition vers la remise à l’herbe se fait sans aucun problème. Aujourd’hui, je distribue aussi du blé en concentré (2,5 kg par vache en moyenne) et un fond de maïs le matin (environ 4 kg par vache). » Pour François Battais, conseiller lait à la Chambre d’agriculture du Maine-et-Loire, « il est très important de garder une ration sèche au départ afin de limiter les risques, notamment la tétanie d’herbage, liée à un problème d’absorption du magnésium. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 avril.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui