L'Anjou Agricole 22 août 2019 à 14h00 | Par Romain Devaux

Le paysagiste devient éleveur

David Bouancheau et toute sa famille ont tout plaqué pour s’installer à Torfou. à la ferme Brin de laine, Brin de paille, le jeune agriculteur y élève des moutons pour la viande d’agneaux, des alpagas et des chèvres pour leur laine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A Torfou, 20 alpagas pâturent au lieu-dit la Pouponnière neuve. Ils sont élevés pour leur laine. Comme la ferme ne souhaite pas teindre la laine d’alpagas, l’éleveur David Bouancheau prend soin à avoir des animaux de couleurs différentes.
A Torfou, 20 alpagas pâturent au lieu-dit la Pouponnière neuve. Ils sont élevés pour leur laine. Comme la ferme ne souhaite pas teindre la laine d’alpagas, l’éleveur David Bouancheau prend soin à avoir des animaux de couleurs différentes. - © AA

« Avec ma épouse, on a toujours rêvé d’ouvrir une ferme pédagogique », explique l’éleveur
David Bouancheau, installé depuis 11 mois à Torfou. Certes, il y a l’envie. Mais il faut oser passer le cap. David Bouancheau et toute sa famille l’ont fait. Ils ont quitté la Vendée pour reprendre l’exploitation agricole de Brigitte et Denis Durand. « C’est un projet de famille », souligne l’agriculteur. Aujourd’hui, sur 29 hectares, il élève des moutons, des alpages et des chèvres. Et le couple tient 4 chambres d’hôtes et une ferme pédagogique.

3 formations en 1 an
De formation paysagiste, « je travaillais comme cadre dans une boîte de création de jardin. je faisais de la gestion, du management. Je ne m’y retrouvais plus. » A 39 ans, il a négocié une rupture conventionnelle et a décidé de changer de vie. « Avec Pascale, nous avons sillonné la France pour visiter des exploitations agricoles. Voir ce que l’on voulait faire... » Leur projet se tourne alors vers la ferme de Brigitte et Denis Durand. « Ils souhaitaient céder leur ferme. Elle correspondait parfaitement à nos aspirations. »
Etre agriculteur ne s’improvise pas. « Avec mes études en paysagisme, j’aurais pu m’installer tout de suite, mais je n’y connaissais rien. » En septembre 2017, l’ancien cadre reprend ses études. 3 formations du même front : un CS ovin à la Roche-sur-Yon, une formation en transformation fromagère à Aurillac et un parcours à l’installation avec la Chambre d’agriculture d’Angers. « Je faisais mon CS en alternance sur l’exploitation. » Une bonne immersion pour son futur métier d’éleveur. « Je me suis installé officiellement en septembre 2018. »

Créer un temps plein sur la ferme
La ferme vit autour de nombreuses activités. La principale ? Les moutons. 350 agneaux sont vendus par an pour leur viande. Soit 35 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. Ensuite, ce sont les chambres d’hôtes. « Nous pouvons héberger 14 personnes en tout. Cette grande capacité d’accueil nous permet d’accueillir pour des réunions de famille. » Située près du Puy du fou, en juillet et en août, la ferme attire aussi les touristes.
Autre activité, des plus originales : la vente d’alpagas et la production de laine d’alpagas et de chèvres angoras. « Nous avons 20 alpagas. Certains sont vendus à des particuliers. Sinon, les alpagas comme les chèvres  sont élevés pour leur laine. » Les premiers sont tondus une fois par an. Les autres 2 fois par an.
L’activité de ferme pédagogique ne représente aujourd’hui que 10 % du chiffre d’affaires de l’exploitation. « C’est l’une des activités que nous souhaiterions développer avec celle des chambres d’hôtes. L’objectif étant que Pascale s’installe avec moi. » Enseignante, Pascale Bouancheau reprendra à temps partiel à la rentrée 2019. « Nous espérons que d’ici 5 ans, elle soit à temps plein sur la ferme. »

Dans le cadre de la semaine à la ferme, David Bouancheau de la Ferme Brin de laine, Brin de paille a présenté son travail à une vingtaines de visiteurs.
Dans le cadre de la semaine à la ferme, David Bouancheau de la Ferme Brin de laine, Brin de paille a présenté son travail à une vingtaines de visiteurs. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui