L'Anjou Agricole 31 janvier 2019 a 09h00 | Par Romain Devaux

Le plan de filière semences et plants

Lors d’une conférence régionale chez Terrena Semences à Beaufort-en-Vallée, le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis) a fait le point sur les avancées de son plan de transformation, lancé fin 2017.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Vincent Poupard, délégué régional Ouest du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis).
Vincent Poupard, délégué régional Ouest du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis). - © AA

« Une commande gouvernementale, devenue un élément structurant de l’interprofession ». Vincent Poupard, délégué régional du Gnis, a présenté en ces termes le plan de filière semences et plants.

Remis au ministre de l’Agriculture, le plan du Gnis prend position sur 30 engagements, reflets des débats qui agitent l’interprofession. Ces engagements sont structurés autour de 3 axes.

Cela passe par la création, au sein du Gnis, d’un "comité des enjeux sociétaux". Son ambition : instaurer les conditions d’un dialogue argumenté avec les associations de consommateurs.

Toujours suivant le premier axe du plan, le Gnis s’engage via son site web à mieux informer les producteurs sur la disponibilité des semences et plants bio. Deuxième axe, "innover pour accompagner les filières en transition agroécologique". Par une plus large diffusion des variétés résistantes ou tolérantes aux bioagresseurs, mais aussi par la pédagogie. le Gnis va proposer à l’état français, dans le courant de l’année, de créer un fonds pour le maintien des variétés du domaine public qui n’ont pas de mainteneur.

L’interprofession entend également faire évoluer la liste des variétés dites "sans valeur intrinsèque", en prenant en charge les coûts de réinscription au catalogue de semences potagères anciennes.

V.F.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.