L'Anjou Agricole 30 mai 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Le politologue Bertrand Badie invité d'Afdi Pays-de-la-Loire

Lors de son assemblée générale jeudi 26 mai à Angers, l’association Afdi (Agriculteurs français et développement international) Pays-de-la-Loire a fêté ses 35 ans. A cette occasion, elle a sollicité l’éclairage d’un expert en relations internationales, Bertrand Badie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Professeur des Universités à Sciences-Po Paris, Bertrand Badie est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Les derniers en date : “Le temps des humiliés - Pathologie des relations internationales” (2014) et “ Nous ne sommes plus seuls au monde - Un autre regard sur l’ordre international” (2016).
Professeur des Universités à Sciences-Po Paris, Bertrand Badie est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Les derniers en date : “Le temps des humiliés - Pathologie des relations internationales” (2014) et “ Nous ne sommes plus seuls au monde - Un autre regard sur l’ordre international” (2016). - © AA

Déployée depuis 35 ans au Burkina Faso, l’action d’Afdi Pays-de-la-Loire s’est étendue depuis quelques années à la Tunisie (le gouvernorat de Gafsa). Des partenariats qui se pérennisent, dans un contexte de plus en plus instable, où se superposent crises socio-politiques, climatiques et démographies.

Mais cela n’entame pas la détermination de l’association, dont son président, Marcel Briffaud rappelle les finalités : 
« de l’essor des campagnes et de l’agro-alimentaire, dépendent le ralentissement de l’exode rural, la création de marchés intérieurs et la baisse de la dépendance alimentaire ». Les liens se poursuivent et s’enrichissent. Prochainement, 5 étudiants de l’Istom (école supérieure d’agro-développement international) vont s’envoler vers le Burkina Faso pour une mission sur la filière maïs, qui y est en essor.

Invité de l’assemblée générale, le politologue Bertrand Badie, a salué les liens tissés par Afdi entre le Nord et le Sud et a exposé toute « l’ambiguïté » qui réside autour du terme de “relations internationales” :  
« nous Européens, avons inventé les “relations internationales”, mais nous les avons toujours conçues comme de l’entre-soi, alors qu’elles sont faites en principe pour nos ouvrir aux autres », a-t-il souligné. Or, aujourd’hui, certains Etats sont « tout bonnement bannis des relations internationales », alors que la gouvernance mondiale reste cantonnée à des cercles comme le G7.

*Agriculteurs français et développement international.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 3 juin 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui