L'Anjou Agricole 22 juillet 2020 à 09h00 | Par AA

Le quinoa, à la conquête de l’Anjou

Le quinoa d’Anjou est en constante progression, en bio comme en conventionnel. La récolte se déroule en ce moment.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La moisson du quinoa est terminée pour Aymeric Allusse. Au final, le rendement est bon, ainsi que la qualité de la récolte. L’ensemble partira pour la marque Quinoa d’Anjou.
La moisson du quinoa est terminée pour Aymeric Allusse. Au final, le rendement est bon, ainsi que la qualité de la récolte. L’ensemble partira pour la marque Quinoa d’Anjou. - © Aymeric Allusse

Aymeric Allusse s’est installé en janvier 2020, sur l’exploitation de ses parents. « Nous sommes une ferme de 180 ha, en polyculture élevage », présente-t-il. Poly, c’est peu dire. Sur l’exploitation, du blé, du méteil, du colza, du lin, du maïs, du tournesol, du soja, de la lentille et du quinoa sont cultivés. Sans compter les ateliers d’élevages.


1 ha en essai
Le quinoa, c’est le petit dernier sur l’exploitation, qui est située à Vern d’Anjou. « 90 ha sont en bio, et le reste est en conversion. J’avais la volonté de diversifier la rotation. Plus il y a de cultures, moins c’est risqué ». Et l’adage qui conseille de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier est respecté. Le quinoa, Aymeric Allusse l’a découvert lors de réunions avec Biograins, la filière bio de la CAPL. « Cela faisait un moment que je voulais essayer cette culture, mais je n’avais pas la place », détaille-t-il. Alors quand il s’est installé, amenant 100 ha supplémentaires sur l’exploitation, la question ne s’est pas posée longtemps. « J’ai implanté
1 ha cette année pour faire un essai ». L’essai s’avère concluant, puisque l’agriculteur compte en implanter 4 ha de plus l’année prochaine.


Un semis fin mars
Le quinoa est relativement gourmand en azote, et nécessite une terre aérée. Pour ce faire, Aymeric Allusse l’a implanté derrière un mélange de ray-grass et de trèfle. Il a également apporté 5 tonnes/ha de fumier de volailles de l’exploitation. « Le quinoa a un pivot, mais qui a peu de force. J’ai donc labouré et décompacté avant le semis pour avoir une terre fine », témoigne le jeune homme. En milieu de semaine dernière, le quinoa a été pré-coupé à l’aide d’une faucheuse andaineuse. « Il faut ensuite attendre quelques jours pour que ça sèche. Nous laissons ça au champ, en espérant qu’il ne pleuve pas ! ». Une fois cette période de séchage effectuée, le quinoa est battu afin de récolter les graines. « J’ai apprécié cette culture car elle ne demande que peu d’interventions, tout se joue à l’implantation. C’est un cycle court, rendant facile la plante à placer dans une rotation. Et avant tout, cela permet de diversifier son assolement ». Une recherche constante pour Aymeric Allusse, qui est donc satisfait de ce galop d’essai avec le quinoa.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 24 juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.