L'Anjou Agricole 08 juillet 2020 a 09h00 | Par AA

Le retour de la ferveur dans les hippodromes

A la plus grande joie des professionnels, les hippodromes seront de nouveau ouverts au public, et ce dès le 11 juillet.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Après avoir été vides, les hippodromes se rempliront à partir du 11 juillet.
Après avoir été vides, les hippodromes se rempliront à partir du 11 juillet. - © J.Lemesle

Cette fois, c’est la bonne. Après plusieurs désillusions quant à la réouverture des hippodromes au public, les professionnels de la filière peuvent se réjouir. En effet, le projet de loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire, à partir du 11 juillet, a définitivement été adopté par le Parlement jeudi 2 juillet.


1ère course le 11 juillet
Dès le 11 juillet se tiendra la course de Senonnes-Pouancé, ouverte au public. « Cela va être un test pour nous permettre d’estimer la fréquentation », estime Philippe Foucher, directeur de la Fédération régionale des courses d’Anjou-Maine-Centre-Ouest. L’événement sera limité à 5 000 personnes, comme le prévoit la loi. « Depuis le départ, nous suivons toutes les règles gouvernementales, et aucun foyer de contamination n’a été déclaré dans les courses hippiques », indique le président. Car oui, les courses ont repris depuis le 11 mai, à huis-clos. Avec un cahier des charges strict, limitant la propagation du virus. Les propriétaires ne pouvaient pas venir aux courses, les jockeys montaient avec un masque et toute personne rentrant sur le site subissait un contrôle de température. Au total, on dénombre 13 hippodromes dans le département.


Quelle reprise ?
Sans courses, les mois ont été durs pour les entraîneurs et les propriétaires de chevaux. Depuis le 11 mai, les choses reviennent progressivement à la normale. « En 5 semaines, le niveau de pari au PMU est revenu à ce qu’on observait avant la crise. C’est de bonne augure ». Le directeur des courses d’Anjou-Maine-Centre-Ouest reste prudent sur la reprise d’activité. « On ne sait pas à quel point le Covid-19 va impacter notre filière. Il y aura peut-être moins de fréquentation dans les courses. La crise à venir aura également un lourd effet sur le pouvoir d’achat », déplore-t-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.