L'Anjou Agricole 02 mai 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Le robot Oz soulage le semencier

L’herbe est l’ennemi premier du semencier bio Lucien Laizé. à Saint-Martin-du-Bois, il a investi dans le robot désherbeur Oz pour le soulager de cette tâche pénible.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis 2016, le robot Oz désherbe toutes les semences potagères de l’exploitation de l’EARL Rochemault, 
à Saint-Martin-du-Bois. Le robot avance et désherbe même quand la végétation est très développée (comme sur la photo, une culture d’oignons blancs porte graine bio à 2 mois de la récolte).
Depuis 2016, le robot Oz désherbe toutes les semences potagères de l’exploitation de l’EARL Rochemault, à Saint-Martin-du-Bois. Le robot avance et désherbe même quand la végétation est très développée (comme sur la photo, une culture d’oignons blancs porte graine bio à 2 mois de la récolte). - © AA

Le robot Oz est arrivé en 2016 à l’EARL Rochemault, à Saint-Martin-du-Bois. « Il a permis de gagner en confort de travail », constate le producteur de semences potagères, Lucien Laizé. Sur la ferme, le robot a trois fonctions : il bine, transporte du matériel « comme des piquets de tuteurage ou des bassines de végétaux » et attelle un lit de désherbage pour deux personnes « fait maison ». Oz fonctionne sur toutes les surfaces de l’exploitation : autant sur les 2 hectares de cultures de plein champ que dans les 9 000 m2 sous abri. (...)

Le robot travaille 6 heures par jour en moyenne. « J’ai une batterie lithium avec  une autonomie de 3 h. Il faut compter 3 h de charge. » Le robot peut désherber 1 000 m2/h.  Et autant dire qu’il ne chôme pas. « En février, on le sort tous les jours. » (...) L’arrivée du robot a chamboulé les habitudes de travail. « On a adapté toutes les cultures et toutes les serres en fonction du robot. On s’adapte à lui. Et non l’inverse. Sinon, ça ne fonctionne pas », insiste l’agriculteur. (...) Le robot a surtout permis au semencier de développer de nouvelles cultures. « Avant je travaillais tout sous bâche. Mais avec les bâches, on a vite des problèmes d’humidité. En oignon, on a vite des maladies fongiques. Et grâce au robot, je peux développer le plein champ. » (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du vendredi 4 mai 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui