L'Anjou Agricole 07 février 2019 à 09h00 | Par Romain Devaux

Le salon des vins de Loire

Avec à sa tête un nouveau président, le salon des vins de Loire a mis le chenin à l’honneur. Le cépage angevin par excellence aura droit, début juillet, à son premier congrès mondial. à Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Catherine Goxe, adjointe au maire d’Angers, sur le Salon des vins de Loire, lundi.
Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Catherine Goxe, adjointe au maire d’Angers, sur le Salon des vins de Loire, lundi. - © AA

Lundi matin, Eric Grelier, nouveau président du Salon des vins de Loire, a participé à la visite officielle du salon, en compagnie notamment de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et de Catherine Goxe, adjointe au maire d’Angers en charge du tourisme et des grands évènements.

Cette année, 342 exposants issus de toutes les appellations du Val-de-Loire se sont donné rendez-vous au parc des expositions d’Angers. 20 % de plus qu’en 2018, vignerons indépendants, maisons de négoce et caves coopératives confondus.

Le Salon des vins de Loire est l’unique salon européen dédié à un seul vignoble. Un vignoble, et un cépage blanc emblématique.

Plus de 100 cuvées, représentant 15 AOC de l’Anjou, du Saumurois et de Touraine y sont en libre dégustation. Sec, demi-sec, moelleux, fines bulles, il y en a pour tous les palais.

V.F.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui