L'Anjou Agricole 01 mars 2019 à 15h00 | Par Romain Devaux

Le sanglier chassable tout le mois de mars

Le sanglier est désormais classé nuisible dans le Maine-et-Loire. Sa chasse est possible sous conditions du 1er au 31 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Suite au classement du sanglier dans la catégorie des nuisibles par le préfet du Maine-et-Loire, le tir du sanglier est autorisé du 1er au 31 mars 2019.

Sa destruction peut s’effectuer en battue (d’au moins 6 chasseurs accompagnés de chiens), elle peut également se réaliser à l’affût ou à l’approche durant cette période. Le piégeage du sanglier est interdit.

Déclaration préalable
Chaque action de destruction de sangliers doit être déclarée préalablement, avec un délai minimum de 24 h, par courriel auprès de la DDT (fcer.seef.ddt-49@equipement-agriculture.gouv.fr) et de l’ONCFS (sd49@oncfs.gouv.fr) en précisant vos coordonnées, votre statut de détenteur du droit de chasse et/ou du droit de destruction, les lieux-dits et les communes concernés. A la réception de chaque déclaration, la DDT adressera au déclarant un document “bilan” qu’il devra compléter et retourner dans un délai de 48 h à la DDT.

6 000 sangliers déjà prélevés
Cette mesure fait suite à une demande répétée de la FDSEA depuis plusieurs années. Et malgré la pression observée depuis l’ouverture de la chasse, les populations et les dégâts de sangliers sont toujours aussi importants, et un nouveau record va être battu avec 6 000 sangliers tirés depuis septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui