L'Anjou Agricole 01 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le Sénat adopte la proposition de loi socialiste sur la gestion des risques en agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Bruno Compagnon

Les sénateurs ont adopté à l'unanimité, le 30 juin, la proposition de loi du groupe socialiste visant « à mettre en place des outils de gestion des risques en agriculture » qui met l'accent sur la couverture du risque économique lié à la volatilité des marchés. Le texte, qui comprend 10 articles, propose notamment « la création, dans chaque région, d'un fonds de stabilisation des revenus agricoles » pour janvier 2018, financé en partie par « une taxe sur les transactions financières effectuées sur les marchés agricoles ». Ce fonds devrait permettre aux agriculteurs d'obtenir « une compensation en cas de baisse de revenus supérieure à 30% ». Stéphane Le Foll, qui a salué la volonté des sénateurs de proposer des pistes de réflexion sur le sujet, a cependant attiré leur attention sur la nécessité de trouver le « moment propice » pour lancer un nouveau dispositif assurantiel. Selon lui, vu le contexte économique actuel, demander aux agriculteurs de financer un dispositif d'assurance est « quasi impossible ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui