L'Anjou Agricole 30 avril 2019 à 16h00 | Par Romain Devaux

Le sexage in ovo fait débat

La technique de sexage in ovo développée outre-Rhin fait tache d'huile en France. Des premiers poussins issus de ce procédé viennent d'être commercialisés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De son avis personnel, la secrétaire générale de la CFA (Confédération française de l'aviculture) Isabelle Leballeur inciterait à adopter le sexage in ovo. « Si cela coûte deux centimes par œuf, nous n'avons pas le choix, il faut y aller. » Car pour l'éleveuse ligérienne, « cela fait mal au cœur de produire pour jeter la moitié de la production »
De son avis personnel, la secrétaire générale de la CFA (Confédération française de l'aviculture) Isabelle Leballeur inciterait à adopter le sexage in ovo. « Si cela coûte deux centimes par œuf, nous n'avons pas le choix, il faut y aller. » Car pour l'éleveuse ligérienne, « cela fait mal au cœur de produire pour jeter la moitié de la production » - © Réussir

Prélèvement du liquide amniotique, sexage avant la ponte sous détection optique... Cela fait des années que les chercheurs font la course pour mettre sur le marché une technique économiquement viable de sexage des poussins avant leur éclosion. Après plusieurs années de recherche -dont l'aboutissement était très attendu par les ONG welfaristes, mais également par la filière oeuf pour répondre à une demande sociétale-, la start-up germano-hollandaise Seleggt propose depuis novembre une technique de sexage dans l’œuf permettant d'éviter l'abattage controversé des poussins mâles. Elle prévoit ainsi de vendre 1 million de poussins en 2019, essentiellement en Allemagne. Ailleurs, les projets patinent...

La France au point mort ?

En France, la course a été lancée en 2015, peu après la diffusion d'une vidéo de L214, qui mettait en avant un cas particulièrement cruel de traitement des poussins mâles dans un couvoir breton. Le film rappelait surtout au grand public, qui bien souvent l'ignorait, que les poussins mâles de la filière poules pondeuses (50 millions par an) étaient abattus peu après l'éclosion. Après cette vidéo qui fit grand bruit dans la presse mais aussi dans les rangs des éleveurs, le ministère de l'Agriculture décida de lancer rapidement un projet de recherche financé par les budgets du programme d'investissement d'avenir. Le concours de l'État s'élevait à 4,3 millions d'euros (pour un coût total estimé à 10,6 millions d'euros). Mieux que les projets allemands, le projet français promettait un sexage avant incubation, par spectroscopie. Problème, ce dernier connaîtrait des difficultés (retard), selon le dernier Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

" Dans quelques années, toute une génération de citadins va croire que tout ce qui n’est pas bio est empoisonné ! ".

a réagi sur Twitter l’animateur et producteur de la célèbre émission E=M6, Mac Lesggy.

Le chiffre de la semaine
40
C'est le nombre d'intrusions dans les élevages en France, recensées par la FNSEA en 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui