L'Anjou Agricole 20 mai 2019 à 16h00 | Par AA

Le site angevin de l'Idele inaugure ses nouveaux locaux à Beaucouzé

Vendredi 17 mai, les nouveaux locaux du site angevin de l'Institut de l'élevage ont été inaugurés à Beaucouzé. 22 salariés travaillent sur ce site, avec des recherches axées principalement sur la thématique de l'efficience alimentaire chez les herbivores.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Olivier Leudet, responsable du site Idele de Beaucouzé ; David Moisan, directeur des services appui de l'Inra Centre Pays-de-la-Loire ; Martial Marguet, président de l'Institut de l'élevage ; Joël Merceron, directeur de l'Institut de l'élevage.
De gauche à droite : Olivier Leudet, responsable du site Idele de Beaucouzé ; David Moisan, directeur des services appui de l'Inra Centre Pays-de-la-Loire ; Martial Marguet, président de l'Institut de l'élevage ; Joël Merceron, directeur de l'Institut de l'élevage. - © AA

Installé auparavent dans des locaux de la Chambre d'agriculture régionale au Min d'Angers, l'Institut de l'élevage (Idele) - site d'Angers a emménagé en début d'année 2019 à Beaucouzé, dans un local appartenant à l'Inra.

L'Idele Angers est spécialisé dans la recherche sur les herbivores (lait et viande, espèces bovine, ovine, caprine et équine). Un secteur d'actvité de première importance, qui concerne une exploitation agricole sur 2 en France, 15 millions d'hectares, dont 10 millions toujours en herbe, 450 000 ETP et 17,4 millirads d'euros de chiffre d'affaires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui