L'Anjou Agricole 20 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Le syndicat IGP du Val de Loire condamne l’arrachage d’une parcelle de vigne

Le syndicat IGP du Val de Loire a condamné dans un communiqué, le 19 juillet, l’arrachage d’une parcelle de vigne IGP dont a été victime un viticulteur de Bué, dans le Sancerrois, l’action de vignerons d’AOC étant suspectée, après diverses menaces antérieures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Au nom d’un protectionnisme exacerbé, la parcelle plantée récemment en cépage sauvignon, hors zone d’appellation, avec des droits IGP a été arrachée par des individus qui doivent répondre aujourd’hui d’un acte délictueux ».

 

La mixité AOC/IGP « existe tout au long de la Loire » et permet l’accès à des marchés diversifiés, rappelle le syndicat. Le Syndicat des Vins IGP du Val de Loire « a pris ses responsabilités et a fait une demande de contingent pour limiter toute extension massive de son potentiel », justifie-t-il. Seulement un hectare d’autorisation nouvelle pour 2016/2017 a été demandé, en IGP, sur le département du Cher. « Nous demandons, comme partout ailleurs, que la hiérarchie des signes de qualité soient respectée, y compris dans le département du Cher », conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui