L'Anjou Agricole 01 octobre 2015 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Le Verger de la Bardoulière gagne plus à produire moins

Le Verger de la Bardoulière, à St-Rémy-la-Varenne, a converti progressivement son exploitation au bio à partir de 2003.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guy et Baptiste Grilleau, du Verger de la Bardoulière, ont construit un nouveau magasin à la ferme. Les matéraux ? Du bois et de la paille.
Guy et Baptiste Grilleau, du Verger de la Bardoulière, ont construit un nouveau magasin à la ferme. Les matéraux ? Du bois et de la paille. - © AA

« J’étais arrivé au bout d’un système ». Guy Grilleau a décidé de convertir son verger en agriculture bio en 2003. « J’avais fait une belle récole : plus de 1 200 t de pommes. Et pourtant cette année là, mon revenu était catastrophique. » L’arboriculteur de Saint-Rémy-la-Varenne, s’était déjà tourné vers l’agriculture raisonnée. « J’en étais déçu, mes rendements baissaient et mon revenu avec. » Il a converti son verger progressivement : « le temps de changer mes variétés, j’ai dû surgreffer, planter, arracher, etc...» jusqu’à ce que l’ensemble de l’exploitation soit entièrement en agriculture biologique en 2011. Une conversion qui engendre moins de fruits mais un meilleur revenu.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 2 octobre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui