L'Anjou Agricole 29 mars 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Le volailler LDC a déposé une offre pour Doux

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pascal Le Douarin

LDC a soumis une offre pour reprendre le volailler Doux, qui déposera une demande de placement en liquidation judiciaire le 3 avril, a annoncé le 28 mars LDC. Denis Lambert, p.-d.g. du groupe qui détient Les poulets de Loué a annoncé qu’il déposerait une offre de reprise partielle de Doux, ce qui permettrait « une solution française pour sauver des emplois et proposer des reclassements », a-t-il précisé, selon Ouest France. LDC n'a donné aucun détail sur la teneur de son offre. Terrena avait fixé la date limite de dépôt des offres au 28 mars minuit.

L’ukrainien MHP a indiqué Le 28 mars au soir dans un communiqué qu’il avait bien déposé une offre prévoyant un investissement de « 76 millions d'euros » destiné à construire une nouvelle usine à Chateaulin dans le Finistère « d'ici deux ans » et « à remettre à niveau » d'autres installations. Cela « permettrait la sauvegarde immédiate d'environ 285 postes auxquels s'ajouteraient environ 430 postes au démarrage de la nouvelle unité de production à Chateaulin » indique le communiqué. Les 450 salariés de l'usine de Chateaulin, qui ne seront pas repris dans l'immédiat, bénéficieraient alors « d'une priorité à l'embauche ». « Il s'agit d'un changement complet de stratégie, a précisé la porte-parole de MHP à l'AFP, en abandonnant la production de certains produits congelés destinés à l'export, remplacés par des produits frais pour le marché français ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui