La Creuse Agricole 20 octobre 2020 à 07h00 | Par P.Olivieri

« Le vrai danger, c’est que les producteurs continuent d’être mal payés ! »

Face à des charges d’exploitation alourdies par les aléas climatiques, Patrick Bénézit réitère l’urgence de prix rémunérateurs et d’une future PAC en faveur des zones de montagne et défavorisées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patrick Bénézit : « On ne va pas continuer une politique qui oblige à faire vêler quatre millions de vaches alors que la valorisation n’est pas là ! »
Patrick Bénézit : « On ne va pas continuer une politique qui oblige à faire vêler quatre millions de vaches alors que la valorisation n’est pas là ! » - © PO

Quel est l’état d’esprit des paysans cet automne après une troisième sécheresse consécutive ?
La situation climatique est de nouveau très compliquée impactant notre productivité et nos coûts de production. Dans ce contexte, il est très difficile de faire baisser les charges ; aussi, nos seuls leviers sont et restent la PAC et les prix. On a obtenu que le budget de la prochaine PAC (applicable en 2023, NDLR) soit identique à celle en cours,   [...]

 

» Lire la suite sur le site La Creuse Agricole

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.