L'Anjou Agricole 13 novembre 2017 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Leclerc concède des hausses de tarifs sur le prix du beurre et se dit prêt à signer la charte

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Michel Edouard Leclerc a publié un billet sur le prix du beurre, le 10 novembre, dans lequel il explique avoir informé le ministre de l'Agriculture que son groupe a fait «procéder à un constat d'huissier de ces hausses tarifaires, allant jusqu'à 27,48% pour certaines marques!» Il poursuit: « J'ai demandé à ce que l'on transmette ce procès-verbal au médiateur des relations agricoles (Francis Amand) qui dispose ainsi de tout le détail, par produit et par fournisseur.»

Il affirme avoir déjà, via son blog, « affirmé que les acheteurs du groupement E. Leclerc avaient accepté d'augmenter les prix d'achat du beurre, tant pour les marques nationales que pour les marques de distributeur.»

Par ailleurs Michel-Edouard Leclerc a indiqué le 10 novembre, que "Leclerc est prêt à signer" la charte d'engagement. "Après avoir consulté l'ensemble des centres E. Leclerc, j'ai été redire au ministre de l’Agriculture, que nous étions prêts à signer cette charte. Nous n'avons pratiquement pas apporté de modification, juste des points de clarification", a-t-il précisé dans une vidéo postée sur son blog.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui