L'Anjou Agricole 20 novembre 2017 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Légumes de France demande à l'Etat de soutenir la modernisation des exploitations

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France.
Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France. - © Actuagri

L'État ne doit pas se désengager : tel est, en substance, le message qu'a fait passer Jacques Rouchaussé, le président des producteurs de Légumes de France en clôture du 61e congrès de l'organisation le 17 novembre à Marseille.

Jacques Rouchaussé a rappelé que la filière fruits et légumes à su s'organiser seule au sein de son interprofession, qu'elle est proactive sur la mise en place de la contractualisation et même qu'elle finance seule son centre technique de recherches. "Nous n'avons pas attendu l'agroécologie de Stéphane Le Foll pour travailler à la réduction de l'usage de pesticides", mais pour atteindre le "zéro résidu", les producteurs n'ont "ni besoin de dogmatisme ni d'arbitraire. Nous avons besoin de temps et de moyens", a-t-il déclaré. Car si les avancées scientifiques sont évidentes, il appartient maintenant aux pouvoirs publics de soutenir financièrement la diffusion et la mise en oeuvre des techniques innovantes dans les exploitations, estime le président de l'organisation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.