L'Anjou Agricole 31 mai 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Légumineuses fourragères : une aide qui peut atteindre 200€/ha

Dans le cadre des déclarations PAC, une aide à la production de légumineuses fourragères est accessible aux éleveurs détenant environ 5 unités gros bovins (UGB) par hectare (herbivores ou monogastriques).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les déclarations PAC doivent se clôturer au 15 juin.
Les déclarations PAC doivent se clôturer au 15 juin. - © AA

Dans le cadre des déclarations PAC, une aide à la production de légumineuses fourragères est accessible aux éleveurs détenant environ 5 unités gros bovins (UGB) par hectare (herbivores ou monogastriques) et cela dès qu’une parcelle est implantée en légumineuses fourragères pures ou en mélange, rappelle le ministère de l’Agriculture dans un communiqué du 30 mai.

 

« Pour autant les éleveurs la demandent peu », aussi le ministère souhaite attirer «l'attention des agriculteurs [...] sur cette aide». «L'enveloppe de 95 M€ dédiée à cette aide permet d'attribuer jusqu'à 200 euros par hectare aidé», observe le ministère. Un plus dans un contexte de prix déprimés en élevage. «En 2015, à peine un peu plus de 150 000 hectares ont fait l'objet d'une demande au titre de cette aide, soit nettement moins que les surfaces initialement envisagées», note le ministère qui conclut qu’«en 2016, l'enveloppe est maintenue au niveau de 2015 et les critères d'accès restent inchangés».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.