L'Anjou Agricole 19 avril 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Les agriculteurs du Choletais s’affichent

Depuis le début de la semaine, une campagne sur les panneaux d’affichage publicitaires met en valeur les agriculteurs locaux et leurs savoir-faire. Une communication résolument positive.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 9 avril, au Parc des Prairies : Sylvie Rochais, agricultrice, élue à la ville de Cholet et à l’Agglomération du Choletais (ADC) ; Gilles Bourdouleix, maire de Cholet et président de l’ADC ; Bruno Masson, agriculteur à Vezins ; Alain Breteaudeau, ancien agriculteur, vice-président de l’Agglomération du Choletais en charge du foirail  ; Christiane Heulin, agricultrice à Cholet.
Le 9 avril, au Parc des Prairies : Sylvie Rochais, agricultrice, élue à la ville de Cholet et à l’Agglomération du Choletais (ADC) ; Gilles Bourdouleix, maire de Cholet et président de l’ADC ; Bruno Masson, agriculteur à Vezins ; Alain Breteaudeau, ancien agriculteur, vice-président de l’Agglomération du Choletais en charge du foirail ; Christiane Heulin, agricultrice à Cholet. - © AA

Avec l’intégration de nouvelles communes dans l’agglomération du Choletais* (ADC), composée depuis un an de 26 communes, l’agriculture est une problématique de plus en plus prégnante. Un large éventail de productions, végétales et animales, est désormais représenté. « On s’est dit qu’il fallait communiquer sur ce nouveau territoire riche en productions, en compétences, et qui représente un maillon fort de l’économie », explique Sylvie Rochais. Agricultrice à Cholet, elle est responsable du groupe de travail agricole qui comprend un représentant par commune. La démarche correspond à une envie de « dire ce que nous faisons et pourquoi nous en sommes fiers », résume-t-elle. L’agriculture de l’ADC représente 74 % de la superficie, plus de 750 exploitations, soit 1 700 emplois directs, 2 900 emplois dans l’amont et l’aval, un savoir-faire et des produits.

Pendant un mois ce printemps, et pendant un autre mois à la fin de l’année, des portraits d’agriculteurs locaux vont être affichés en grand format dans toutes les communes de l’agglomération. Et durant un an, des interviews vont paraître dans Synergences hebdo, le journal de l’agglomération.

Ne pas opposer ls modèles de production

Christiane Heulin, agricultrice à Cholet, a posé parmi ses poules pondeuses : « il faut communiquer car le métier est parfois vu d’un mauvais œil et montrer aussi que l’agriculture est féminisée », explique l’agricultrice qui vend ses œufs sur les marchés et dans différents points de vente (bouchers, magasin de producteurs). Bruno Masson, quant à lui, vend ses animaux en maigre à la coopérative Bovinéo. « Le but, ce n’est pas de mettre un système de commercialisation en avant plus qu’un autre, ni d’opposer des modèles de production », souligne Sylvie Rochais, qui voudrait que « le consommateur se prenne en main dans son rôle de consommer local, que ce soit en circuit court ou en circuit long ».

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 20 avril 2018

Entre 8 et 10 visuels seront réalisés, représentatifs de la diversité des productions : lait,  viande bovine, aviculture, céréales, vigne, chèvre, porc, maraîchage, etc...
Entre 8 et 10 visuels seront réalisés, représentatifs de la diversité des productions : lait, viande bovine, aviculture, céréales, vigne, chèvre, porc, maraîchage, etc... - © Ville de Cholet-ADC

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui