L'Anjou Agricole 28 juin 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Les battages d’orge ont démarré en Anjou

Reportage à Saint-Léger-des-Bois où les battages d’orge ont commencé. La moissonneuse-batteuse de la Cuma du Petit Anjou est en action. Une année en orge qui s’annonce « moyenne », décrit Vincent Guémas, éleveur laitier et président de la Cuma.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mathieu Bolteau, chauffeur mécanicien pour la Cuma du Petit Anjou (Saint-Martin-du-Fouilloux) et la Cuma Botanica (La Meignanne). Les deux Cuma, organisées en groupement d’employeurs, ont en commun 5 salariés et un apprenti.
Mathieu Bolteau, chauffeur mécanicien pour la Cuma du Petit Anjou (Saint-Martin-du-Fouilloux) et la Cuma Botanica (La Meignanne). Les deux Cuma, organisées en groupement d’employeurs, ont en commun 5 salariés et un apprenti. - © AA

Après le colza, la moiss’batt de la Cuma du Petit Anjou, à l’Ouest d’Angers, a entamé les chantiers d’orge jeudi 21 juin.  Une récolte plutôt satisfaisante en colza avec 30 quintaux par ha. « On s’attend à un rendement moyen en orge, de l’ordre de 50 quintaux  par ha environ, pour des poids spécifiques de 64 kg/hl », estime Vincent Guémas, associé au Gaec de l’Océane à Saint-Léger-des-Bois et président de la Cuma. 
50 quintaux, c’est à peu près le niveau de production qu’il avait obtenu sur sa ferme en 2016, année catastrophique pour les céréales à paille. En 2017, les rendements d’orge étaient remontés à 65-70 quintaux, « un bon niveau ».
Cette année, la campagne avait pourtant bien démarré. Mais c’est à partir de mars que les choses se sont compliquées. « Je n’ai pas pu faire les premières interventions  de sortie d’hiver à temps, parce qu’on ne pouvait pas entrer dans les parcelles, explique Vincent Guémas. J’ai dû les décaler début avril, et le rendement s’en est ressenti. » L’agriculteur apporte un fongicide et 70 unités d’azote. « Je n’aurai pas des rendements extraordinaires mais en même temps, la culture ne m’aura pas coûté très cher », relativise-t-il. Les rendements seront sans doute assez hétérogènes dans le département. « Sur les parcelles où des machines ont pu pénétrer en mars, les rendements seront certainement différents », observe l’agriculteur.

Campagne perturbée par les pluies
Les orages de fin mai-début juin ont endommagé les cultures. « Sur mes terres superficielles et vite hydromorphes, les racines sont restées trop longtemps dans l’eau ». Résultat, des poids spécifiques  faibles : « il y a des graines, du volume, mais elles ne pèsent rien », a constaté l’agriculteur.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 29 juin 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui