L'Anjou Agricole 04 janvier 2018 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les bioagresseurs et le changement climatique

Le changement climatique nécessite à la fois une adaptation sur le long terme et une réactivité pour absorber les variations interannuelles importantes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec le changement climatique, on observe une apparition de plus en plus régulière d’une deuxième génération de pyrales du maïs.
Avec le changement climatique, on observe une apparition de plus en plus régulière d’une deuxième génération de pyrales du maïs. - © AA

En un siècle (1901-2001), les températures ont augmenté de 1° C en moyenne sur l’ensemble de la France. Une évolution peu perceptible par l’humain, mais qui n’est pas sans conséquences sur l’agriculture. « L’évolution de la température moyenne annuelle doit être regardée sur une longue durée », souligne Emeline Tignon, de la Chambre d’agriculture Pays-de-la-Loire, qui est intervenue lors d’un colloque sur la surveillance biologique du territoire, en décembre à Angers. En Pays-de-la-Loire, le programme Oracle* régional (complété aujourd’hui par Agri accept et ClimA XXI), se base sur l’observation du climat des années 1970 jusqu’à nos jours. L’objectif : rendre concrètes les connaissances et proposer des stratégies d’adaptation, notamment en augmentant la résilience des systèmes.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 5 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’agriculture ne doit pas servir de variable d’ajustement pour conclure des accords commerciaux.

martèlent la FNB et la FNSEA , qui craignent une signature « imminente » de l’accord UE/Mercosur. Une crainte motivée par les récentes avancées sur le secteur automobile qui bloquait les négociations.

Le chiffre de la semaine
922
C’est le nombre de projets de recrutement en 2019 que les 79 entreprises agricoles du Maine-et-Loire ont indiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui