L'Anjou Agricole 04 janvier 2018 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les bioagresseurs et le changement climatique

Le changement climatique nécessite à la fois une adaptation sur le long terme et une réactivité pour absorber les variations interannuelles importantes.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Avec le changement climatique, on observe une apparition de plus en plus régulière d’une deuxième génération de pyrales du maïs.
Avec le changement climatique, on observe une apparition de plus en plus régulière d’une deuxième génération de pyrales du maïs. - © AA

En un siècle (1901-2001), les températures ont augmenté de 1° C en moyenne sur l’ensemble de la France. Une évolution peu perceptible par l’humain, mais qui n’est pas sans conséquences sur l’agriculture. « L’évolution de la température moyenne annuelle doit être regardée sur une longue durée », souligne Emeline Tignon, de la Chambre d’agriculture Pays-de-la-Loire, qui est intervenue lors d’un colloque sur la surveillance biologique du territoire, en décembre à Angers. En Pays-de-la-Loire, le programme Oracle* régional (complété aujourd’hui par Agri accept et ClimA XXI), se base sur l’observation du climat des années 1970 jusqu’à nos jours. L’objectif : rendre concrètes les connaissances et proposer des stratégies d’adaptation, notamment en augmentant la résilience des systèmes.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 5 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.