L'Anjou Agricole 19 mars 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Les blondes sont toujours dans le coup

Jeudi 15 mars, les éleveurs de blondes d’Aquitaine du Maine-et-Loire se sont réunis pour l’assemblée générale de la race au Tremblay. Commercialisation et simplification du travail étaient à l’ordre du jour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alain Denieulle, agriculteur au Gaec de l’Iris, au Tremblay, explique l’alimentation de ses veaux aux éleveurs présents lors de l’AG : « maïs humide, blé, foin de luzerne, paille et bicarbonate ».
Alain Denieulle, agriculteur au Gaec de l’Iris, au Tremblay, explique l’alimentation de ses veaux aux éleveurs présents lors de l’AG : « maïs humide, blé, foin de luzerne, paille et bicarbonate ». - © AA

« Label rouge et travail sur l’export ont constitué les principaux échanges de la matinée », retranscrit Chantal Le Ray, présidente du syndicat des éleveurs de blondes
d’Aquitaine du Maine-et-Loire. Jeudi 15 mars, les éleveurs du département se sont en effet réunis lors de l’assemblée générale pour faire le point sur l’année écoulée et évoquer les évolutions à venir. « La transmission et l’investissement des jeunes générations sont des sujets qui nous tiennent à cœur, rappelle la présidente. (...) L’après-midi a été consacré à la visite du Gaec des Iris, situé au Tremblay. Alain Denieulle, un des 2 associés, installé depuis 1995, explique que « les objectifs techniques choisis visent la simplification du travail. Pour y arriver, nous groupons les vêlages, pour une meilleure gestion des lots et un meilleur suivi de l’alimentation des veaux ». (...) Ludovic Dillet, inséminateur et conseiller développement, insiste aussi sur l’intérêt des nouvelles technologies pour « intervenir au bon moment ». (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 23 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui