L'Anjou Agricole 20 février 2020 à 10h00 | Par AA

Les Caves de la Loire fusionnent

Le groupe Loire Propriétés a annoncé la fusion de trois de ses maisons. Les Caves de la Loire, la Confrérie des vignerons de Oisly et Thesée, et les Caves des vins de Rabelais ne formeront bientôt plus qu’une seule et unique entité juridique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Bruno Prévot (directeur commercial), Jean-Michel Mignot (directeur général de l’UAPL), Régis Alcocer (président des Caves de la Loire) et Jérôme Lemasson (directeur général du pôle vente), devant le caveau, à Brissac-Quincé.
De gauche à droite : Bruno Prévot (directeur commercial), Jean-Michel Mignot (directeur général de l’UAPL), Régis Alcocer (président des Caves de la Loire) et Jérôme Lemasson (directeur général du pôle vente), devant le caveau, à Brissac-Quincé. - © AA

La récolte 2018 a été historique, tant en quantité qu’en qualité, pour les Caves de la Loire. Avec un volume vinifié de 142 000 hectolitres, c’est sereins que les dirigeants de la coopérative ont présenté la récolte, et les projets à venir.


Une croissance continue
Comme depuis de nombreuses années, la surface viticole de la coopérative augmente, et a franchi le cap symbolique des 1 800 ha. « On a un savoir-faire qui se consolide, nos vins sont de plus en plus médaillés », se félicite Jérôme Lemasson, directeur général des ventes. Si les appellations Savennières et cabernet d’Anjou portent la gamme, l’offre se diversifie et « il y a de quoi satisfaire tous types d’acheteurs ».
Sur les 8 dernières années, la croissance du groupe a été continue, pour culminer à + 260 % depuis 2012. Cette année encore, les 120 vignerons du groupe ont permis de réaliser un chiffre d’affaires de 71 millions d’euros. « Dans un contexte de consommation à la baisse, on peut dire que le challenge est réussi », se réjouit Jérôme Lemasson. Sur l’exercice 2018/2019, la croisance a été portée par l’export (+ 29 %), contrairement aux GMS (grandes et moyennes surfaces) qui affichent un léger recul (- 1 %). Les pays les plus livrés sont l’Allemagne, la Belgique et les états-Unis. Si la taxe Trump agit comme une épée de Damoclès, la croissance transatlantique continue de bondir (+ 70 %), et le groupe vient d’investir dans un VIE (Volontariat international en entreprise) pour consolider sa position.


Fusion à venir
L’histoire des coopératives de Loire Propriétés ne date pas d’hier. Le groupe détient, entre autres, les Caves de la Loire (création en 1951), les Caves des vins de Rabelais (1989) et la Confrérie des vignerons de Oisly et Thesée (1961). C’est sur les fondations de ces trois structures qu’est né Loire Propriétés, en 1997. Fort des rapprochements de ces dernières années entre les 3 structures, le groupe a décidé de les fusionner, afin de simplifier ses organisations administratives, juridiques et douanières. « C’est la suite logique des derniers évènements. Cela va nous permettre une simplification administrative, une meilleure compréhension au niveau de l’image du groupe, mais aussi de meilleurs capacités d’investissement », appuie Jean-Michel Mignot, directeur général de l’UAPL.
Ainsi, à l’aube de la nouvelle décennie, Caves de la Loire continue son développement, en misant sur l’environnement et les segments porteurs du marché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.