L'Anjou Agricole 09 mars 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les céréales davantage utilisées en alimentation animale

FranceAgriMer a souligné le 8 mars « une hausse du taux d’incorporation des céréales en alimentation animale au détriment des oléagineux », conséquence d’une bonne teneur en protéines.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Concernant le blé dur, FranceAgriMer maintient l’hypothèse de 150 000 t incorporé en alimentation animale : par rapport au mois dernier, la baisse des estimations à 50 000 t est compensée par l’apparition d’un poste « autres » utilisations de 100 000 t, qui anticipe une sous-déclaration par les Fab.
Concernant le blé dur, FranceAgriMer maintient l’hypothèse de 150 000 t incorporé en alimentation animale : par rapport au mois dernier, la baisse des estimations à 50 000 t est compensée par l’apparition d’un poste « autres » utilisations de 100 000 t, qui anticipe une sous-déclaration par les Fab. - © AA

Les fabricants d’aliment du bétail (Fab) manifestent à l’égard des céréales « un intérêt supplémentaire par rapport aux récoltes habituelles », a indiqué Olivia Le Lamer, chef de l’unité grandes cultures.

 

« La forte dégradation de la qualité du blé dur, notamment dans la région Centre, entraîne une utilisation importante en alimentation animale », a expliqué Olivia Le Lamer, parlant d’une « unanimité » des analystes de marché à ce sujet.

 

FranceAgriMer reste sur une estimation de 5,5 Mt de blé tendre pour les Fab mais relève ses chiffres en maïs à 2,3 Mt (contre 2,2 Mt prévu en février) et en orge à 1,5 Mt (1,3 Mt). Cette hausse de 200 000 t d’orge conduit à un poste d’utilisation en aliments composés qui augmente de près de 50 % par rapport à 2015-16. « On était l’an dernier à un minimum technique, avec 1 Mt d’orge pour les Fab », a-t-elle relativisé.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui