L'Anjou Agricole 12 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les charolaises ont eu raison des miss

A Chambellay, Emilie Ménard a deux casquettes : organisatrice événementielle et agricultrice. Bientôt, la jeune femme quittera ce monde de paillettes pour se consacrer entièrement à son élevage de charolaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

L’une côtoie les podiums des miss. L’autre celui des rings des concours agricoles. Leur point commun ? Ils sont associés sur la même exploitation de viande bovine : l’EARL Emma
Ménard. à Chambellay, émilie Ménard a rejoint l’exploitation de son père Raymond Ménard en 2011. Une installation pas banale puisque la jeune éleveuse continue - pour le moment - son travail dans l’événementiel. Son agence organise des défilés de mode et des concours pour le comité Miss France dans le Grand Ouest. « C’est un travail passionnant mais très prenant en particulier en septembre et octobre avec les élections régionales », explique la jeune femme de 34 ans. Après celle des Pays-de-la-Loire, et de Bretagne, la période de rush touche à sa fin vendredi avec l’élection de Miss Normandie. En couple, avec un enfant de 3 ans, Emilie Ménard aspire à autres choses. « Ce n’est pas facile de construire une vie de famille avec tous ces déplacements et le travail les week-ends. » Elle espère quitter le milieu de l’événementiel « dans un an et demi maximum. »

Un travail génétique à perpétuer

En reprenant l’élevage charolais de ses parents, elle entend perpétuer le travail familial. « Mon père a fait de l’exploitation un outil de travail performant », constate-t-elle.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 13 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui