L'Anjou Agricole 05 juillet 2017 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Les Chinois veulent aussi consommer du beurre, de la crème et des fromages

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour le beurre, les importations devraient progresser, sachant que ce produit est indispensable pour la pâtisserie et la croissanterie, qui se développe à grande vitesse en Chine.
Pour le beurre, les importations devraient progresser, sachant que ce produit est indispensable pour la pâtisserie et la croissanterie, qui se développe à grande vitesse en Chine. - © Vincent Motin

La Chine devrait voir ses importations de crèmes augmenter de 15 % et celles de fromages de 14 % d’ici 2021, a annoncé Christophe Lafougère, consultant chez Gira, le 4 juillet lors des Rencontres laitières du grand Ouest organisées à Rennes par le GIS Elevage Demain.

Pour le beurre, il estime que les importations devraient progresser également sachant que ce produit est indispensable pour la pâtisserie et la croissanterie, un secteur qui se développe à grande vitesse dans le pays.

A l’inverse, «seule une hausse de 1% des importations de lait UHT est prévue», souligne-t-il. Durant le colloque, il a mis en avant le fait que vu les investissements effectués dans la poudre de lait infantile à travers le monde, «la Chine contrôle actuellement 100% de ses importations». Christophe Lafougère alerte aussi sur le type de demande des Chinois concernant les fromages.

Orientée principalement sur du fromage de type mozzarella (industriel), cheddar ou cream cheese, cette demande ne portera pas sur les fameux fromages français.

Aussi s’interroge-t-il sur les orientations de production à prendre par les industriels, notamment les coopératives. «A l’heure actuelle, les Chinois n’ont pas investi dans la crème ou le beurre, mais jusqu’à quand ?».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.