L'Anjou Agricole 15 avril 2020 à 12h00 | Par AA

Les EDT en recherche de solutions

Manque de masques en aviculture, impossibilité de tailler les haies. Les EDT font face à de nombreuses difficultés en ce début de printemps.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Archives AA

Les entrepreneurs des territoires sont fortement impactés par la crise du Covid-19. En terme de logistique, de nombreux chantiers doivent être adaptés, et la préservation de la santé des employés est une priorité.
En aviculture, la protection des salariés passe par les fameux masques FFP2. En effet, le ramassage de volailles est une activité nécessitant une protection adaptée, la poussière étant fortement présente. Or, ces masques, qui ne sont plus fabriqués en France, doivent être importés. Dans l’Hexagone, tous les masques FFP2 ont été réquisitionnés à l’aube de la crise du Covid-19 pour équiper les soignants. « Les commandes sont  compliquées, car le marché international est très tendu », détaille Freddy Bodin, directeur régional des EDT Pays de la Loire. Ce dernier a lancé une commande, mais est sur liste d’attente. Le délai ? « Pas avant trois semaines. On travaille avec la préfecture sur la question, mais c’est difficile d’avoir de la visibilité », explique-t-il.


Pas de report pour les haies
Les EDT avaient demandé un report pour la taille des haies. Pour rappel, il est interdit de tailler les haies du 1er avril au 31 juillet, afin de préserver l’avifaune. C’est une éco-conditionnalité de la Pac. « Au regard des conditions météo, les chantiers n’ont pas pu être démarrés », déplore Freddy Bodin. Aucune haie n’a été taillée dans le département. Le report demandé a été refusé par la DDT. « Dorénavant, il faudra faire ces travaux en août, derrière les blés, à une période où certains agriculteurs peuvent partir en vacances, ou ont d’autres travaux ». Cependant, le directeur des EDT Pays de la Loire craint que ces travaux soient tout bonnement annulés. « Avec la baisse des cours dans de nombreuses filières, c’est une dépense en moins de ne pas faire ses haies ». Avec à la clé, une baisse de chiffre d’affaires pour les entreprises prestataires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui