L'Anjou Agricole 21 avril 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les éleveurs de porcs réclament une hausse du Marché du porc breton

La FRSEA et les Jeunes agriculteurs Pays-de-la-Loire protestent contre la stratégie du prix bas.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les éleveurs de porcs de la FRSEA et de JA des Pays-de-la-Loire constatent amèrement qu'après deux semaines consécutives de hausse à + 5 cts du cours du porc en Allemagne soit + 10 cts, le cours français n'a quant à lui pris que + 2,9 cts, alors que quelques opérateurs souhaitaient apparemment une hausse significative.
Pour relancer la demande et reconquérir des parts de marché sur le territoire national, les éleveurs de porcs de la FRSEA et JA ont menés de nombreuses actions depuis ces derniers mois. Ces actions, dont le but était d'amener les maillons de la transformation et de la distribution à utiliser de la viande de porc française, ont commencé à porter leurs fruits.
L'explication à ce constat ? La stratégie des prix bas défendue par certains abattoirs dont le numéro 1 dans le secteur de l'abattage porcin. Au lieu de mettre en oeuvre une réelle stratégie pour redonner de la rentabilité et de la compétitivité à ses outils, le maillon abattage préfère appuyer une fois de plus sur le maillon éleveur.
FRSEA et JA protestent  contre cette attitude suicidaire à terme pour l'ensemble des maillons qui dépendent de la production porcine ligérienne. Si le prix payé au producteur n'augmente pas rapidement, c'est un manque à gagner de près de 100 000 euros par exploitation qui s'accumulera aux trésoreries déjà en souffrance depuis 2009.
Les syndicats rappellent à tous ces opérateurs qui ont applaudi les actions Porc français et la pression mise sur certaines marques ne jouant pas le jeu de la provenance française qu'ils pouvent également renforcer la pression sur l'ensemble des opérateurs de la filière porcine ligérienne. Une hausse significative du MPB (Marché du porc breton) reste plus que nécessaire et urgente pour la survie des exploitations porcines.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui