L'Anjou Agricole 28 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les engins agricoles sur la route

Le nombre d’engins agricoles sur route augmente en période de récoltes. Zoom sur les règles à respecter en matière de circulation routière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des panneaux affichant la mention “convoi agricole” doivent être installés de manière à être visibles de l’avant comme de l’arrière.
Des panneaux affichant la mention “convoi agricole” doivent être installés de manière à être visibles de l’avant comme de l’arrière. - © Stéphane LEITENBERGER

Pendant les récoltes, la réglementation en matière de sécurité routière concerne principalement les moissonneuses-batteuses. Les conditions de circulation des engins agricoles sont définies par l’arrêté du 6 mai 2006 et varient en fonction du nombre et de la taille des véhicules utilisés. On parle alors de véhicules isolés, d’ensembles routiers ou encore de convoi. La moissonneuse-batteuse entre dans cette dernière catégorie qui se divise en plusieurs groupes : A, B et exceptionnels définis par la longueur et la largeur du véhicule. L’arrêté de 2006 précise aussi que les éléments facilement démontables doivent être démontés. Par conséquent, les barres de coupe doivent être déposées et être transportées sur un chariot homologué pour la route. Si la barre de coupe fait plus de 4,5 m, la réglementation oblige de la démonter, même pour changer de champs.


Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 29 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui