L'Anjou Agricole 08 novembre 2018 à 13h00 | Par Romain Devaux

Les enjeux du numérique sur “les santés” en agriculture à EsaConnect

La 4ème édition des Rendez-vous de l’agriculture connectée, Esaconnect, se déroulera le mercredi 21 novembre à l’Ecole supérieure d’agricultures d’Angers, sur le thème de la santé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bertille Thareau, sociologue, titulaire de la chaire Mutations agricoles de l’Esa et René Siret, directeur général de l’Esa. L’événement Esaconnect, qui avait rassemblé 750 personnes l’an dernier,  réunit les acteurs du numérique et de l’agriculture.
Bertille Thareau, sociologue, titulaire de la chaire Mutations agricoles de l’Esa et René Siret, directeur général de l’Esa. L’événement Esaconnect, qui avait rassemblé 750 personnes l’an dernier, réunit les acteurs du numérique et de l’agriculture. - © AA

Un poussin, un smartphone et un stéthoscope cohabitent sur l’affiche de la 4ème édition des Rendez-vous de l’agriculture connectée qui sera tournée, cette année, vers la question de la santé. Ou plus exactement « des santés », comme l’explique Bertille Thareau, de la chaire Mutations agricoles de l’Esa : « nous aborderons la santé animale, celle des végétaux, celle des agriculteurs et des salariés agricoles, et enfin celle des consommateurs.» Ces Rendez-vous de l’agriculture connectée s’inscrivent dans le cadre de la Connected Week d’Angers qui se déroulera du 17 au 25 novembre.


Pour parler santé, une quarantaine d’experts, de chercheurs et de professionnels interviendront au cours de tables rondes, ateliers, pitchs et conférences. 21 start-up évoluant dans le champ de l’agriculture, de la production à l’assiette, seront présentes.
La santé sera abordée sous  plusieurs angles : tout d’abord le passage d’une logique curative à une logique préventive et la prise en compte du bien-être, avec l’ambition de réduire l’usage de médicaments. Autre enjeu, la prise en compte des fortes demandes des consommateurs en matière de transparence.  Cette volonté de transparence sera confrontée à une réflexion sur la protection des données. Le numérique ouvre de vastes perspectives, mais les « les agriculteurs sont-ils disposés à partager leurs données ? », s’interroge Bertille Thareau.
Des conditions de travail transformées
Enfin, le thème est aussi abordé sous le prisme de la santé des agriculteurs. La numérisation permet d’accroître la productivité. Des dispositifs de surveillance à la cobotique, des outils transforment les conditions de travail dans les filières agricoles. « Il est intéressant de réfléchir aux éventuels effets sur la santé et le bien-être du travailleur en agriculture ».

La dernière édition d’Esaconnect, qui portait sur l’intelligence artificielle, avait rassemblé 750 participants.
S.H.

Renseignements et inscriptions en ligne sur www/chaire-mutations-agricoles.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’agriculture ne doit pas servir de variable d’ajustement pour conclure des accords commerciaux.

martèlent la FNB et la FNSEA , qui craignent une signature « imminente » de l’accord UE/Mercosur. Une crainte motivée par les récentes avancées sur le secteur automobile qui bloquait les négociations.

Le chiffre de la semaine
922
C’est le nombre de projets de recrutement en 2019 que les 79 entreprises agricoles du Maine-et-Loire ont indiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui