L'Anjou Agricole 09 juin 2020 à 11h00 | Par AA

Les établissements scolaires rouvrent leur portes

Bien que l’année touche à sa fin, les lycées et centres de formation agricoles sont de nouveau fréquentés par les élèves.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le respect des consignes sanitaires dans la MFR-CFA de Chemillé-en-Anjou permet aux élèves de suivre la fin de l’année.
Le respect des consignes sanitaires dans la MFR-CFA de Chemillé-en-Anjou permet aux élèves de suivre la fin de l’année. - © AA

La décision de renvoyer les élèves en classes a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois. Depuis le déconfinement, petit à petit, ce retour s’effectue dans les établissements agricoles.

Retour, et le futur ?
Au niveau du Lycée Edgard Pisani, à Montreuil-Bellay, le lycée et le CFA ont réouvert la semaine dernière, et les élèves de 1ère ont pu partir en stage début juin. Sur les 150 élèves de l’établissement, ce sont la moitié qui sont présents. Pour les examens, le Bac est délivré suite aux notes du contrôle continu. Les élèves de terminale sont donc en train de préparer de potentiels rattrapages. « Pour le CFA, les CAP et les BP, les examens se feront en présentiel, car ce sont des oraux et des épreuves pratiques », détaille Claire Le Roy, proviseure du lycée. « La continuité pédagogique a été assurée, je ne m’inquiète pas pour les terminales. En revanche, les premières ont perdu beaucoup plus de contenu d’apprentissage, et il faudra être vigilant à la rentrée ». La rentrée, justement, est encore floue. Du côté des apprentissages, les nouvelles sont rassurantes puisque l’état a décidé de garantir une aide aux entreprises afin d’embaucher des jeunes. La première année d’apprentissage aura donc un coût quasi nul pour une entreprise qui recrutera un apprenti jusqu’à 21 ans, selon Muriel Pénicaud. Entre 21 et 25 ans, cela représentera un reste à charge d’environ 175 euros par mois. Mais la proviseure espère que les mesures d’accueil vont s’assouplir, car la logistique est délicate à gérer. L’embauche est également un secteur qui suscite de nombreuses interrogations pour les jeunes. « C’est certain que le marché de l’emploi sera tendu. Cependant, cela dépendra des filières, et l’agriculture est porteuse ».

Les stages s’effectuent
Du côté des MFR, le retour en classe était également de mise afin de terminer l’année. Ainsi, les cours ont repris à la MFR-CFA de Chemillé-en-Anjou, le lundi 8 juin. Un protocole a été mis en place pour recevoir l’ensemble des élèves, dont les familles ont fait le choix en fonction de leurs possibilités. En raison de la complexité de mise en œuvre, selon la MFR, l’internat et la restauration resteront fermés durant les 2 dernières semaines de cours. C’est environ une quarantaine d’élèves qui profiteront de ces cours, avant de terminer l’année en stage, comme initialement prévu. Juin rime avec fin de scolarité pour de nombreux élèves. Ainsi, Ariane Rousseau est stagiaire adulte dans le BP aménagement paysager, au CFPPA du Fresne. Sa formation d’un an lui permettra de devenir jardinière-paysagiste. « On a eu beaucoup de cours théoriques durant le confinement, et on a été très bien suivis », témoigne la jeune femme. En présentiel, la reprise s’est effectuée le 18 mai. Si l’organisation est plutôt bonne, l’examen final a dû être modifié.
« C’était une épreuve de conception de jardin chez un particulier. Dans ce contexte, on fera la théorie, mais pas la pratique », détaille Ariane Rousseau. Cette dernière doit trouver un travail une fois sa formation terminée, en juillet. « Il n’y a pas trop d’inquiétudes pour trouver du travail ». En effet, le secteur est en recherche de salariés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Bien qu’une information plus claire sur les résidus de pesticides soit nécessaire, la stratégie de la peur de Générations futures (...) est contre-productive ».

estime Interfel, face à l’association de défense de l’environnement qui a demandé à la DGCCRF, de faire des bilans de résidus de pesticides séparés entre aliments bio et non bio.

Le chiffre de la semaine
11,2
MAÎS ENSILAGE : selon l'Agreste, avec 11,2 tMS/ha, la saison est correcte, et l’augmentation de la surface (+ 8 %) aura permis de refaire les stocks.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui